A 40 ans on prévient, après 50 ans on traite !

La cinquantaine : début des perturbations hormonales responsables du relâchement cutané, qui est aussi fonction de la dose de soleil emmagasiné. Le bras n’est pas épargné et la perte d’élasticité de la peau crée un affaissement de la face postérieure du bras qui gêne grand nombre d’entre nous puisque été comme hiver la mode dénude la femme à partir de l’épaule.

Avec le temps, que se passe-t-il ?

Le farniente aidant, le biceps et le triceps ont fondu et la loge musculaire s’est en partie vidée. D’autant qu’avec l’âge on évolue spontanément vers une diminution de la ration de protéines constituant le muscle.

Dans cette loge libre, il y a une apparition de cellules adipeuses liée au déplacement des amas graisseux sur le haut du corps au cours de la péri ménopause. Celles-ci épaississent le bras et lui donnent cet aspect de tôle ondulée atone.

Le relâchement cutané est dû au vieillissement cutané de la peau et à l’abus de soleil. Nous  rappelons qu’il existe deux types de vieillissement : le vieillissement chronologique fonction de l’âge, et le vieillissement actinique fonction du phototype (il y en a six, du noir au blond/blanc) et du temps d’exposition.

Voici donc comment nous passons d’un bras tonique à un bras qui faseye

 

En 2010 des solutions :

D’abord, si on a le temps, prévenir :

  • Muscler quotidiennement les bras avec des haltères de 1 kg à 1,5 kg. Le muscle va retrouver du volume et le galbe du bras sera amélioré.
  • Puis  drainer  et  tonifier  le  tissu  sous-cutané  par  des  crèmes spécifiques « restructurantes pour le bras » (de type Léonie D). La qualité de la peau sera parallèlement améliorée. Une peau qui ne perd pas son effet tenseur maintiendra en place les cellules adipeuses  et  on évitera l’aspect de tôle  ondulée.

Comment de nos jours rajeunir le bras ?

  • Par   le   mésolift :   on   injecte   par   micropuncture   de   l’acide hyaluronique dans le derme (type Restylane Vital, Juvéderm 3 …). Selon l’indication il sera ou non associé à des vitamines et oligoéléments. Ceci redonne un léger volume au bras, et relisse la peau. Dans un deuxième temps, une fibrose se met en place et provoque un effet tenseur.
  • Par des séances de réjuvénation avec les lampes flash (lumière intense pulsée). La lumière émise par ces lampes stimule les cellules dermiques programmées pour la réparation et un nouveau collagène est alors fabriqué. Plusieurs séances sont nécessaires lorsque le bras n’est pas bronzé.
  • Par  des  massages  quotidiens  avec  des  crèmes  restructurantes spécialement adaptées au bras (Léonie D).
  • Quand  faut-il  intervenir  chirurgicalement  pour  améliorer  l’esthétique  des bras ?
  • On peut proposer dès qu’il existe une petite distension cutanée une technique de lipolyse laser qui se fait sous anesthésie locale et permet en chauffant en profondeur le derme d’obtenir non seulement une fonte graisseuse mais une rétraction cutanée.
  • Le résultat est parfois spectaculaire, parfois moins important mais il n’y a pas de séquelle cicatricielle.
  • La technique n’est pas douloureuse sous anesthésie locale. Elle dure environ une heure.

 Oui mais si mes bras sont très abîmés ? Est-ce que ce sera efficace ?

  • Non dans ces cas-là il va falloir retendre la peau et pour cela il y aura forcément une cicatrice résiduelle.
  • Soit  une  cicatrice  axillaire  très  limitée  dans  le  creux  axillaire associée à une liposuccion, le résultat peut être bon limité au tiers supérieur du bras.
  • Lorsque la peau du bras est vraiment très abîmée, ce qui est le cas des femmes âgées et maigres, on fait une incision tout le long de la face profonde du bras qui mettra au moins six mois à blanchir. Après un an, il persiste une ligne blanche.

 

Ces méthodes s’associent et se choisissent et doivent se répéter en fonction du niveau de rajeunissement que l’on doit pratiquer.

Il est par contre impossible de pratiquer des peelings moyens ou profonds puisque la peau  du  bras  est  pauvre  en annexes  (glandes  sébacées et  folicules  pileux).  La restauration de l’épiderme étant assurée par les gaines pilaires.

 

Le rajeunissement de la main de l’homme et de la femme

La main trahit notre âge, alors … n’oublions pas de la rajeunir !

Son rôle social est important. Les marques du temps s’expriment sur les mains de différentes façons.

Tout comme le visage, la main est exposée à l’air de façon permanente, sa peau est encore plus fine, elle subit donc des dommages d’autant plus importants qu’on oublie souvent d’en prendre soin.

Comment rajeunir la main, ou du moins lui conserver bonne allure le plus longtemps possible ?

Pigmentation, squelettisation, peau déséchée et affinée, veines apparentes, autant de facteurs  sur  lesquels  on  peut  agir  aujourd’hui  grâce  à  de  nouvelles  techniques utilisées seules ou en association.

Traitement des tâches pigmentaires :

Des tâches brunes apparaissent sur les mains qui sont photo exposées pendant de longues années pendant lesquelles on a oublié de protéger l’épiderme par un écran.

Pour les faire disparaître, plusieurs possibilités :

Le Peeling :

On applique sur la peau un acide qui va exfolier l’épiderme afin qu’il se régénère. Il doit avoir une force suffisante pour arriver jusqu’à la desquamation de la tâche.

Après une dizaine de jours, les tâches ont disparu, et la peau a retrouvé velouté et douceur.

La lampe Flash :

La lumière pulsée va permettre par l’échauffement du derme la stimulation des éléments constitutifs du derme et des fibroblastes (cellules qui fabriquent le collagène dans notre peau), permettant ainsi un remodelage et un rajeunissement de la peau.

Cette production du nouveau collagène naturel augmente progressivement au cours des séances.

Dès la 3ème séance on note l’atténuation progressive des tâches et des ridules, une souplesse et une meilleure tension de la peau.

La lumière absorbe également les pigments et réuniformise la couleur de la peau de la main, tout en la liftant.

Le laser fractionné CO2 :

Un rayonnement laser, qui crée des micro trous dans la peau, laissant cependant   des   micro   cylindres   de   peau   saine,   va   permettre   une desquamation de l’épiderme et donc la disparition des tâches, avec comme avantage la stimulation des fibroblastes. Un effet tenseur important est constaté.

L’azote liquide :

Pour une simple tâche, l’application d’azote liquide peut suffire à l’éliminer.

 

Le traitement de la squelettisation :

On peut repulper la main pour lui redonner son volume afin de faire disparaître l’aspect osseux et tendineux.

  • On peut injecter de la graisse, c’est le lipofilling :

On prélève notre graisse sur la hanche et après traitement de celle-ci on la réinjecte sur le dos de la main.

La main reste boudinnée environ 3 semaines  et le côté « poupon » de la main n’est pas toujours apprécié. Cependant le résultat est durable dans le temps.

  • Les injections d’acide hyaluronique :

On injecte des acide hyaluroniques moyennement volumateurs sur le dos de la main. Le produit est délicatement étalé entre les espaces interdigitaux. Le résultat est très satisfaisant pendant environ 18 mois.

On peut également en profiter pour traiter les ridulles du poignet qui sont ouvent oubliées dans le rajeunissement de la main, mais qui sont très disgrâcieuses avec le port de certains bracelets.

 

La régénération de l’épiderme :

Pour défroisser la peau de la main et lui redonner souplesse et hydratation, de nouveaux produits injectables donnent d’excellents résultats :

  • Le Pen Injector Restylane® de Q-Med® : Le Restylane® Vital Light est un gel d’acide hyaluronique qui restaure l’hydro balance de la peau. Le traitement de ce produit consiste à injecter de toutes petites quantités de produit à espace régulier pour couvrir tout le dos de la main que l’on souhaite défroisser. Ce nouveau dispositif délivre exactement la dose idéale à chaque pression. 200 doses seront ainsi injectées. La répartition dans les tissus se fait de façon efficace et précise. Cette gamme hydrate la peau de la main, la raffermit, la stimule et la repulpe pour lui rendre une apparence  naturelle,  plus  jeune  et  plus  éclatante.  Cette  technique  s’adapte  à  tous  les  âges,  en prévention pour les plus jeunes, et en traitement de relissage pour les peaux plus abîmées.
  • Juvéderm®  Hydrate sera  sur  le  marché  français  en  mai  2010.  Il  s’agit  d’une  association  d’acide hyaluronique et de mannitol. L’adjonction de mannitol réduit la dégradation des radicaux libres de l’acide hyaluronique, améliorant ainsi sa longétivité. La réhydratation, la luminosité et le velouté de la peau sont au maximum après le 2ème  mois de traitement. Ce produit est indiqué pour régénérer les mains qui ont une allure terne, déséchée et âgée. Il contribue à redonner à la peau son élasticité et sa force, son volume et son hydratation.

Ces produits sont injectés dans le derme ou à la jonction derme – épiderme selon le produit, par la technique de mésothérapie de façon à napper le produit sur tout le dos de la main.

On peut associer à ces techniques peelings ou lampe flash, et on parle alors de mésopeel ou mésolift.

 

Traitement des veines apparentes :

Les veines dorsales de la main peuvent être dilatées ou le sembler, surtout chez les femmes très minces. Il est alors tout-à-fait possible de les enlever comme on fait disparaître celles des membres inférieurs. Il faut cependant rester très prudent et n’enlever que les vaisseaux les plus disgrâcieux.

On pratique une micro phlebectomie sous anesthésie locale. On perce la peau avec une aiguille, on agrippe la veine avec un fin crochet, et on l’extirpe délicatement. Il n’y a pas de point de suture.

 

Prévenir les dégâts et maintenir les résultats :

Il ne faut pas oublier d’hydrater la peau de la main et d’appliquer tous les matins un écran total sur celle-ci. Actuellement d’excellentes crèmes sont sur le marché (simplement hydratantes ou plus complètes avec dépigmentant, repulpant, hydratant et  écran  incorporé,  comme Paloma  D pour  la femme  et Max  D (www.ligned.com).

 

En conclusion, en 2010, chaque partie du corps peut être rajeunie, ou simplement maintenue en bonne forme, par des moyens simples, sans effets secondaires tout en étant très efficaces.

 

Par le Docteur Geneviève DOUX, et le Docteur Béatrice LAFARGE-CLAOUE (Chirurgie du bras).

 

 

Posted by
Tagged:





Comments are closed.