Réparer les dégâts du soleil

Cet été, le soleil dont nous avons peut-être abusé, avec peut-être pas assez de protection, a causé quelques dégâts sur notre peau.
Quels sont-ils et comment les réparer ?

 

Les tâches

Description :

En générale bénignes, mais attention, certaines tâches « dangereuses » peuvent se glisser parmi elles.

  • Le lentigo solaire : c ’est une tâche lisse plus ou moins foncée qui apparait sur les zones découvertes. Ils apparaissent après un coup de soleil ou après de très nombreuses expositions, sur le décolleté, le visage, le haut du dos ou le dos des mains.
  • Les kératoses séniles : grisâtres avec un peu de relief, sur les régions trop exposées pendant de nombreuses années.
  • Les tâches blanches dépigmentées : liées à la destruction des mélanocytes. Elles signent l’abus du soleil et l’obligation d’arrêter l’exposition. Aujourd ’hui, on ne sait pas les recolorer.
  • Les mélanomes : tâches extrêmement dangereuses, très foncées, à bords irréguliers, plus ou moins surélevées et qui nécessitent une consultation urgente chez le dermatologue.

 

Le traitement :

Le laser ou la lampe flash est appliqué une fraction de seconde sur la tâche, et la chaleur qu ’ il dégage détruit uniquement la mélanine contenue dans celui-ci.

Si la tâche est unique et bien localisée, une application d ’ azote peut suffire.

Un mois plus tard, les tâches disparaissent. Par la suite, il est nécessaire de protéger la peau du soleil avec des écrans solaires, et d ’ appliquer des crèmes dépigmentantes (K Ceutic, Victoire D ou Victoire D Fifty, écran solaire inclus dans la gamme Victoire).

 

Les ridules

C ’ est à l ’ automne que l ’ on découvre souvent l ’ apparition des premières ridules, par une cassure des fibres élastiques.

Leur traitement est simple si elles sont récentes : Mésolift ou laser fractionné CO 2 .

 

Le Mesolift

C’est l’association d’un traitement par lampe flash et de multi injections dans le derme ou l’épiderme.

Les multi injections avec (Teosyal®) Redensity I: On injecte ce mélange d’acide hyaluronique, vitamines, acides aminés et antioxydants, dans le derme, et cette fois-ci c’est la lampe qui va chauffer le derme. La peau se veloute, se réhydrate, se défroisse et le teint se ré uniformise.

Laser fractionné CO 2

Cette technique consiste à créer de multiples petits points d’impact laser à peine visibles et non jointifs en alternance avec des zones saines permettant une cicatrisation rapide, qui, selon le traitement choisi, pourra être de quelques heures à quelques jours.

Ces points laser vont provoquer une reconstitution à moyen terme du collagène et un rajeunissement global et durable de la structure de votre peau.

 

Les rides

Les ridules se sont fracturées et se sont transformées en rides. Des injections d ’ acide hyaluronique plus ou moins volumateurs selon l ’ importance de la cassure vont régler le problème en quelques minutes.

Aujourd ’ hui l ’ injection est indolore, et le résultat est immédiat grâce à l ’ utilisation des canules et à l ’ anesthésiant contenu dans les produits (Juvederm® 3 ou 4, Perlane®, Ultradeep® … ).

 

Le décolleté froissé

Souvent après un coup de soleil, on voit apparaitre des ridules et même des rides dans le décolleté, qu ’ il convient de traiter avec un Mésolift et un nappage de botox.

 

Les mains flétries et pigmentées

Les mains se sont flétries pendant l ’ été puisque le soleil dégrade l ’ acide hyaluronique que contient le tissu.

On le remplace par des injections d ’ acide hyaluronique à l ’ aide d ’ une canule. On les dépigmente avec des séances de laser.

Grâce aux nouvelles techniques de la médecine esthétique, les étourdis qui ont oublié de se protéger du soleil cet été peuvent reconstituer leur capital jeunesse

 

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier

 

Bien dormir, le rêve de tous …

Nous dormons 1/3 de notre vie selon une alternance de sommeil lent et paradoxal.
Le sommeil, gage de notre forme, de notre santé, de notre beauté, de notre bonne humeur … n ’ est pas si facile à apprivoiser : parlons-en !

L ’ organisme puise dans le sommeil des forces pour les jours à venir, et le cerveau élabore des stratégies en mémorisant ou en éliminant certains évènements de la journée.

Cependant, pendant le sommeil, l ’ activité psychologique atteint son niveau le plus bas, ainsi que toute activité physiologique (chute des rythmes respiratoire et cardiaque, de la tension artérielle, du tonus musculaire … ).

Mais, c ’ est pendant le sommeil que le corps fabrique des hormones (chez l ’ enfant l ’ hormone de croissance agit en début de sommeil), et que la peau se régénère.

 

Comprenons le sommeil

Le sommeil comporte plusieurs cycles d ’ environ 95 mn, chacun décomposé en plusieurs phases :

  • La phase de sommeil lent : c ’ est le sommeil léger (50% de la nuit) puis profond, puis très profond (25%), et c ’ est lui qui correspond à notre récupération physique.
  • La phase de sommeil paradoxal (25% de la nuit) : c ’ est la phase la plus courte du cycle mais qui s ’ allonge en fin de nuit et qui serait celle des rêves.
  • La phase de sommeil intermédiaire : brève avec des micro-réveils. Elle précède le cycle suivant ou le réveil complet.

Pour un sommeil réparateur, les cycles doivent se succéder harmonieusement, mais le nombre de cycles nécessaires est fonction de l ’ individu (de 3 à 7 cycles pour se sentir en forme).

 

Les troubles du sommeil

33% de la population en souffre, et 12% consulte son médecin pour ce motif.

  • L ’insomnie est bien sûr le plus fréquent. L ’ insomnie désigne la durée insuffisante du sommeil et/ou un sommeil non réparateur, avec des difficultés d ’ endormissement, des éveils au cours de la nuit, et un réveil précoce.

Pourquoi ces insomnies ?

  • Les insomnies peuvent cacher une dépression. Dès qu’ un problème psychologique survient, le sommeil est perturbé, et la fatigue s ’ installe dès le lever, avec un manque de force physique, mais aussi de motivation pour le travail et les loisirs.
  •  L ’ insomnie peut aussi cacher des angoisses : c ’ est une insomnie d ’ endormissement avec l ’ anxiété qui s ’ oppose à l ’ abandon dans le sommeil.
  • L ’ insomnie liée au stress, à la suractivité.
  • L ’ insomnie liée à l’ altitude à cause de la raréfaction de l’ oxygène.
  • L ’ insomnie liée aux cauchemars avec rappel permanent de l’ épisode douloureu et refus involontaire de l ’ endormissement.
  • L ’ insomnie liée à certaines maladies (migraine, maladie de Parkinson … ).
  • Les insomnies saisonnières : c ’ est 40% des cas. Elles sont transitoires et peuvent se rapporter à une réaction émotionnelle aigue (stress, deuil, séparation … ).
  • Les insomnies liées à l ’ abus d ’ excitant (plus de 4 cafés par jour), nuisances sonores, ou trop d’ activité sportive en fin d ’ après-midi.

Alors que faire ?

Pour les insomnies secondaires à des maladies, il faut traiter la cause, quant aux autres des petits « trucs » suffisent : se coucher et se lever à heure régulière, dormir dans une chambre fraîche, calme et sombre, faire de la relaxation avant de se coucher, supprimer le café, prendre un bain tiède et boire une tisane relaxante.

 

Les hypersomnies :

Entre 3% et 8% de la population souffre d ’ une déstructuration du sommeil avec un sommeil de nuit rallongé et une somnolence diurne.

Les hypersomnies avec un endormissement irrésistible sont responsables d ’ accidents graves, de troubles de la concentration et de dépressions.

Pourquoi ces hypersomnies ?

  • Liées à des prises de médicaments o Des horaires de travail irréguliers
  • Liées à des maladies : maladies métaboliques, tumeurs, narcolepsie
  •  Les apnées du sommeil : c ’ est un arrêt de l ’ échange aérien au niveau de la bouche et du nez, chez l ’ homme de 50 ans, en surpoids et ronfleur. Le sommeil est agité avec cauchemars et transpiration abondante, et réveil difficile.
    Dans la journée, anxiété, fatigue et endormissement involontaire sont au tableau.

Alors que faire ?

Le traitement est prescrit par les ORL après une imagerie des voies respiratoires hautes (chirurgie laser, orthèse mandibulaire, pression positive continue … ).

Le sommeil et l’ âge

Le nouveau-né :

Période de l ’ organisation du sommeil qui va suivre l ’ individu toute sa vie. La durée totale est d ’ environ 16 heures avec des cycles qui sont nombreux et répartis dans la journée.

L ’ enfant :

15 heures de 6 mois à 1 an, 13 heures vers 2 ans, 12 heures vers l ’ âge de 5 ans.

Les signes des troubles du sommeil : agitation, réveil difficile, perte d ’ appétit, problèmes de concentration et pleurs au coucher.

Que faire : adoucir la « séparation » du coucher avec des histoires, au calme, des horaires de coucher et de lever réguliers, et beaucoup de fermeté sur ceux-ci.

L ’ adolescent :

Il y a diminution du sommeil lent et profond qui s ’ explique par la période transitoire rencontrée par l ’ ado (pression scolaire, opposition familiale … ). 10% des ados sont touchés (coucher et lever tardifs qui provoquent une somnolence nocturne et les risques qu ’ elle entraîne).

L ’ adulte :

6 à 10 heures de sommeil sont nécessaires selon les individus.

Le sujet âgé :

L ’ architecture du sommeil se transforme : des endormissements diurnes sont plus fréquents, et les réveils nocturnes aussi, avec une diminution du sommeil paradoxal qui donne au sujet l ’ impression de ne pas dormir.

Tout problème de sommeil trouve une solution …
Bonne nuit !

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier 

Soleil ou pas soleil

Vacances riment toujours avec soleil, et soleil avec bien-être. Mais même si celui-ci est indispensable à la vie, il est hélas responsable de lésions réversibles ou irréversibles sur notre organisme.

 

Les bienfaits du soleil

Le soleil stimule notre moral, et sous le soleil une sensation de bien-être nous envahit.

En fait, c’est la lumière visible qu’il émet qui joue un rôle dans la production de la mélatonine qui intervient sur notre rythme biologique et notre moral.

Il contribue également à la synthèse de la vitamine D qui permet la fixation du calcium sur les os, et prévient l’ostéoporose sur le sujet âgé et le rachitisme chez l’enfant.

Cependant, de très courtes expositions suffisent, et une toute petite surface peut être exposée.

 

Les méfaits du soleil

Les dégâts sont fonction du phototype, c’est -à-dire de la carnation de votre peau. Les phototypes sont classés de I (le plus fragile) à VI (le plus résistant). Le Suédois et l’Irlandais sont I, et le noir, VI.

  • Le soleil brûle les yeux. Les UV sont responsables de 20% des cataractes et à forte dose ils peuvent provoquer des ophtalmies qui sont de véritables brulures oculaires.
  • Les coups de soleil, c’est -à-dire les brûlures que vous avez renouvelées, cicatrisent toujours imparfaitement, laissant des séquelles minimes. Les micro-fractures élastiques finiront par devenir des rides.
  • Les gouttes dépigmentées sur les faces d’extension des membres témoignent d’une anarchie pigmentaire épidermique encore une fois liée à l’abus du soleil. Ce sont des tâches bénignes que jusqu’à présent on ne sait pas enlever.
  • Il faut savoir qu’il existe des grains de beauté plus dangereux que d’autres. Les dangereux sont triés à l’aide de cinq paramètres : l’aspect, les bords précis ou émiettés, la modification de leur couleur, la dimension et la notion d’évolution, c’est -à-dire de changement dans le temps. Les anciens signes rougeur saignement ne sont plus de bons signes, car trop tardifs.
  • Le soleil chauffant la peau, celle-ci doit construire un réseau de refroidissement constitué par les vaisseaux dermiques. Ce réseau est visible par transparence, et explique la couperose. Plus la peau est chauffée, plus important sera le réseau vasculaire, appelé couperose. Cette couperose est une cible pour la lampe flash. Sa lumière verte absorbée électivement par le rouge du sang est capable de chauffer ces vaisseaux et de les détruire par effet thermique sélectif. Profitez de l’hiver donc pour traiter cette couperose avec des lasers de façon à mini miser le problème l’été prochain.

Le mélanome peut toucher n’importe quelle région de la peau, du cuir chevelu, des muqueuses (bouche, organes gé nitaux…) ou des ongles, alors inspectez minutieusement 2 à 3 fois par an chaque parcelle de votre corps.

  • Si u n grain de beauté change de couleur, de taille, d’aspect, s’il démange ou si on l’a irrité : consultez votre dermato.
  • Si une tâche rougeâtre persiste (quelle que soit la taille), consultez votre dermato.
  • Si des excroissances apparaissent sur votre peau, consultez votre dermato.
  • S’il apparaît sur votre peau une tache colorée de quelques millimètres qui comporte plusieurs couleurs de brun et/ou de noir, si elle est asymétrique et comporte une bordure irrégulière , il peut s’agir d’un mélanome qui évolue et subit des modifications assez rapides dans sa taille, sa forme, ses contours et ses couleurs : consultez votre dermato.

Ces lésions dues au soleil et aggravées par le vieillissement peuvent être bénignes ou déjà malignes, mais seront d’autant plus facilement traitées qu’elles auront été détectées précocement.

 

Conclusion :

Si je mets un écran total, puis-je passer ma journée au soleil ?

Bien sûr, à condition d’en renouveler l’application toutes les deux heures à partir de 10h du matin. Méfiez-vous, la couche doit être épaisse, puisque le coefficient indiqué sur le tube est calculé avec d’épaisses couches.

Un conseil : pour profiter du soleil, évitez les expositions entre midi et 16 heures, et n’oubliez pas d’appliquer de l’écran total plusieurs fois par jour. Pour les enfants, un T-Shirt est indispensable sur la plage.

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier

Checkup Beauté en médecine esthétique

C ’ est le printemps, comme on change de tenue, on va changer de peau, et enfin, après quelques traitements simples, retrouver sa bonne humeur le matin devant son miroir.

 

1) Inspection visage

Maquillage enlevé : teint blafard, que faire ?

  • J ’ai moins de 40 ans : J ’ opte pour le mésopeel ou le mésolift

Mésopeel : C’est une association de peeling léger et de multi injections dans le derme ou l’épiderme selon le produit choisi, d’un mélange nutritif et repulpant contenant vitamines, oligoéléments et acide hyaluronique non polymérisé (Redensity Teoxane®).

Le produit est facilement nappé puisque la peau a été chauffée au préalable par le peeling. La peau devient plus souple mais raffermie, plus éclatante et fortement réhydratée.

Mésolift : C’est l’association d’un traitement par lampe flash et de multi injections dans le derme ou l’épiderme.

  • J ’ai plus de 40 ans : J ’ opte pour le laser fractionné CO 2

Cette tec hnique consiste à créer de multiples petits points d’impact laser à peine visibles et non jointifs en alternance avec des zones saines permettant une cicatrisation rapide, qui, selon le traitement choisi, pourra être de quelques heures à quelques jours.

  • Ces points laser vont provoquer un remodelage immédiat du collagène et un rajeunissement global et durable de la structure de votre peau. Maquillage enlevé : les rides du front et la ride du lion me donnent un air sévère et soucieux, que faire ?

Quel que soit l ’ âge, des injections de toxine botulique qui vont détendre le muscle sous- jacent, vont régler le problème pendant 6 mois.

Si la ride du lion est trop prononcée, on complètera le traitement par l ’ injection d ’ un acide hyaluronique moyennement volumateur (Juvederm 3®, Teosial Global® … ).

Maquillage enlevé : le sillon nasogénien trop marqué donne l ’ air fatigué et triste. Que faire ?

 

  • Il est peu marqué : on le traite en injectant directement de l ’ acide hyaluronique (Juvederm 4®, Perlane® ou Ultradeep®).
  • Il est très marqué : c ’ est l ’ affaissement des pommettes qui est responsable de ce sillon, et il suffira de les reconstituer. Dans ce cas, il serait une erreur de vouloir traiter directement le sillon nasogénien, ceci finirait par provoquer un bourrelet disgracieux au fil du temps.
    La reconstitution de ce volume ne veut pas dire « avoir de grosses pommettes saillantes » … Votre médecin esthétique reconstituera exactement celles qui étaient les vôtres il y a 5 ou 10 ans, mais jamais davantage.

 

Maquillage enlevé : des plis m ’ amertume qui donnent l ’ air abattu et triste. Que faire ?

  • S ’ils sont peu marqués, on peut injecter directement de l ’acide hyaluronique (Juvederm 4®, Perlane® ou Ultradeep®) pour estomper ce pli disgracieux.
  • S ’il s sont plus marqués, ils sont dus à un affaissement du visage qui s ’est trop « allongé ». Il faut commencer à combler la fosse temporale avec de l ’acide hyaluronique (Ultradeep®, Juvederm 4®, Perlane®) à l ’aide d’une canule, puis restructurer la pommette comme précédemment, et enfin combler le pli d ’amertume qui sera devenu minime grâce aux 2 traitements précités.
    Cette technique permet de restructurer très naturellement le visage, de lui rendre gaité et jeunesse, et d ’ éviter d ’ alourdir le bas du visage qui pourrait devenir trop « carré ».
    Les zones traitées ne doivent pas être visibles : but de tout traitement esthétique.

 

2) Inspection bouche

Je lisse le « code barre » de la lèvre blanche

2 solutions :

  • Laser fractionné CO 2
  • Injection d’acide hy aluronique réservé à cette zone

Cette t echnique qui se pratique exclusivement avec une canule, de façon à rendre l’injection indolore et plus efficace, permet d’une part de redonner à la lèvre blanche l’oblique intérieure qu’elle a perdue au fil du temps, et de la raccourcir. Par ce biais la lè vre rouge se repositionne correctement sans que l’on ait parfois besoin d’y retoucher.

Je repulpe la lèvre rouge :

Le galbe de la lèvre est retrouvé par l ’ injection d ’ acides hyaluroniques spéciaux (Teosial Kiss®, Perlane Lip®) mais également un grand confort, surtout par temps très sec.

Restylane® Lip® Refresh® va simplement réhydrater la lèvre sans en modifier le volume.

 

 

3) Inspection cou et décolleté

Pour rajeunir le décolleté, de nombreuses solutions existent en médecine esthétique :

  • Pour le dépigmenter, des séances de lampe flash.
  • Pour le défroisser, des séances de Mesobotox sont d’une grande efficacité : on injecte par micropuncture des microquantités de botox qui ont pour effet de détendre le muscle sous- jacent, donc de défroisser la peau. On ajoute à ceci des injections d’acide hyaluronique fin, également en micropuncture (Redensity®).
  • Parfois le décolleté est ridé, et il faut injecter un acide hyaluronique dans le sillon de la ride.
  • Après ces injections, on nappera les produits avec un massage à base de crèmes spécifiques comme Victoire After®.

Pour obtenir un résultat optimal, appliquer des crèmes spéciales pour le cou et le décolleté (Elena D®).

 

4) Inspection bras

Le bras commence à se relâcher, et la peau à se déshydrater.

Que faire ?

Tout d ’ abord, appliquer 2 fois par jour en masque des crèmes spécifiques pour le bras (Léonie D®) puis il peut être intéressant de pratiquer quelques séances de mésolift avec des paramètres réservés au bras.

 

5) Inspection mains

Pour mettre en valeur bracelets et bagues de l ’ été, la main doit être pulpée et non tâchée.

Que faire ?

Pour enlever les tâches : des séances de réjuvénation avec les lampes flash (lumière intense pulsée). La lumière émise par ces lampes stimule les cellules dermiques programmées pour la réparation et un nouveau collagène est alors fabriqué, et les pigments disgracieux disparaissent. Plusieurs séances sont nécessaires lorsque la main n’est pas bronzée.

Pour repulper la main et lui enlever son aspect décharné, on injecte de l’acide hyaluronique (Ultradeep®, Teoxane®) avec une canule et l’on nappe le produit jusque dans les espaces interdigitaux. Les rides du poignet disparaissent par la même méthode. Une petite anesthésie rend l’injection strictement indolore. La main retrouve son volume.

Pour prévenir le vieillissement et entretenir les traitements, on applique des crèmes réservées à la main (Paloma D®).

 

6) Inspection cellulite

Un peu de cellulite s ’ est accumulée sur mes cuisses durant l ’ hiver, je dois lisser ma jambe au plus vite.

Que faire ?

Une alimentation équilibrée est indispensable.

Des séances de mésothérapie associées à des massages avec des crèmes anticellulite (Estelle D®, Percutaféine® … ) et des traitements de drainage circulatoire et lymphatique viendront à bout des capitons les plus récalcitrants.

 

7) Inspection jambes

Quelques varicosités sont apparues cet hiver.

Que faire ?

Un traitement de sclérose est indispensable, et très efficace. Mais attention, vous devez rester 3 semaines sans soleil.

 

8) Inspection total body

Version santé :

Attention au soleil, cet ami qui nous veut du mal.

Le mélanome peut toucher n’importe quelle région de la peau, du cuir chevelu, des muqueuses (bouche, organes gé nitaux…) ou des ongles, alors inspectez minutieusement 2 à 3 fois par an chaque parcelle de votre corps.

  • Si un grain de beauté change de couleur, de taille, d ’aspect, s’il démange ou si on l’a irrité : consultez votre dermato .
  • Si une tâche rougeâtre persiste (quelle que soit la taille), consultez votre dermato .  Si des excroissances apparaissent sur votre peau, consultez votre dermato .
  • S ’ il apparaît sur votre peau une tache colorée de quelques millimètres qui comporte plusieurs couleurs de brun et/ou de noir, si elle est asymétrique et comporte une bordure irrégulière, il peut s ’ agir d ’ un mélanome qui évolue et subit des modifications assez rapides dans sa taille, sa forme, ses contours et ses couleurs : consultez votre dermato.

Ces lésions dues au soleil et aggravées par le vieillissement peuvent être bénignes ou déjà malignes, mais seront d ’ autant plus facilement traitées qu ’ elles auront été détectées précocement.

Version beauté :

La peau est granuleuse, desséchée : que faire ?

Un bodypeel pour « muer » :

Il s ’ agit d ’ un peeling léger de tout le corps qui va permettre d ’ éliminer en profondeur les cellules mortes, et rebooster la synthèse d ’ un épiderme neuf.

On applique un mélange d ’ acides qui va estomper les tâches disgracieuses.

La peu se régénère, douce et prête à absorber tous les traitements que l ’ on doit effectuer.

On entretient ce résultat avec des crèmes qui contiennent de l ’ urée (DDMilk®, Estelle D® si on a un peu de cellulite).

 

Conclusion :

Après avoir gommé tous les petits défauts, la « magie du corps » va opérer cet été !!!

Un conseil : pour profiter du soleil, évitez les expositions entre midi et 16 heures, et n ’ oubliez pas d ’ appliquer de l ’ écran total plusieurs fois par jour.

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier

La cinétose ou naupathie ou bien encore le mal des transports

Cette croisière si attendue, cette journée de navigation rêvée, qui risque d ’ évoluer vers le cauchemar, ou tout simplement s ’ annuler par crainte … du mal de mer, que certains d ’ entre nous redoutent à juste titre.

 

Comment lutter contre le mal de mer ?

Nous allons essayer de comprendre le mécanisme de ce désagréable phénomène, et de trouver toutes les astuces et les traitements pour le combattre.

 

Qu’est – ce que c’est ?

Le mal des transports ou cinétose ou encore naupathie est le terme générique qui regroupe l’ensemble des troubles provoqués chez certaines personnes adultes et enfants par un voyage en bateau, en voiture, en train, en avion … et même dans l’espace.

Le symptôme le plus fréquent de la cinétose : la nausée, signifie en grec « mal de mer » (naus signifiant bateau).

Le mal des transports est une affection fréquente qui atteint, parfois de façon chronique, quelques trois millions de personnes en France. Globalement une personne sur trois sera touchée une fois dans son existence par le mal des transports.

Généralement les femmes et les enfants sont plus sensibles que les hommes, alors que les nouveau-nés et les personnes âgées le sont moins. Même les animaux sont atteints (chiens, chats, chevaux…).

Banales et le plus souvent bénignes, les cinétoses sont fonction de la prédisposition individuelle et des conditions de transport.

On évalue globalement de 1 à 100 % selon l’état de la mer, de 3 à 5 % en voiture, et à moins de 1 % en train les risques d’une cinétose, et de 50 à 60 % les risques pour les astronautes contre 0,5 à 10 % en avion.

Cette pathologie touche également les professionnels : marins, pilotes d’avion, etc… qui classiquement s’habituent, mais 2 à 3 % d’entre eux ne s’adaptent jamais.

Enfin, se déplacer à cheval n’entraîne pas de cinétose à l’inverse de ce qui peut se passer à dos de chameau ou d’éléphant.

Pourquoi le mal des transports ?

La cinétose est la résultante de plusieurs signaux brou illés au niveau du cerveau. L’équilibre est la résultante de trois fonctions : les vestibules (canaux semi- circulaires au niveau de l’oreille interne) qui dans les conditions physiologiques normales de la vie courante, renseignent l’individu sur sa position dans l’espace et les mouvements qu’il y effectue, en particulier l’accélération, interviennent également la vision et les sensations proprioceptives (capteurs au niveau des muscles, tendons et peau).

En situation normale, ces trois capteurs donnent des informations concordantes au cerveau. En situation d’hyper stimulation comme sur un bateau, les labyrinthes sont hyper stimulés, la ligne d’horizon bouge et le sol est instable, donc des informations anarchiques sont envoyées au cerveau qui ne peut plus les analyser correctement.

Ce désaccord neurosensoriel se double d’un deuxième désaccord qui est celui des informations d’équilibre, données antérieurement au cerveau sur la base d’expériences d’équilibre antérieures.

Enfin, le mal des transports survient t rès souvent sur fond d’anxiété (la peur d’être malade), associée à des facteurs environnementaux : les odeurs, la chaleur ou le froid, le confinement, etc…

Si chacun connaît les signes du mal des transports bénins, trois tableaux allant du plus léger au plus grave sont possibles :

D ’abord « un syndrome neurovégétatif », sensation de mal être (salivation, bâillement, transpiration, apathie). Surviennent ens uite des nausées et des vomissements, c’est un tableau « vagotonique ».

Initialement sédatifs ces vomissements peuvent devenir graves par leur durée, obligeant parfois à une médicalisation et à une évacuation.

Le troisième stade du mal des transports peut devenir gravissime avec état syncopal, troubles du comportement (désir de se jeter à l’eau pour ne plus subir cette torture du mal de mer) et altération des performances intellectuelles.

Fort heureusement, les cinétoses sont dans la majorité des cas absolument bénignes et s’arrêtent spontanément avec l’arrêt du mode de transport emprunté.

Alors comment éviter les cinétoses ?

Les petits moyens

Des précautions et petits conseils sont utiles :

  • Ne pas voyager l’estomac vide mais éviter de boire même de l’eau.
  • Eviter le froid et les ambiances surchauffées.
  •  Eviter le confinement (cabines de bateau) et les odeurs fortes (gaz d’échappement, fioul, odeurs de cuisines, etc…)
  • Essayer de fixer une ligne immobile (un amer, la ligne d’horizon )
  • Apprendre les techniques de biofeedback, en contrôlant volontairement les signes végétatifs.
  • Enfin, il faut essayer de s’occuper l’esprit, de détourner son attention pour ne pas penser « au mal de mer ».

Les médicaments

Tous les médicaments contre le mal des transports doivent être donnés à titre préventif avant l’apparition des premiers symptômes.

Les antihistaminiques (anti H1 comme les médicaments anti allergiques) donnent tous des effets secondaires et sont déconseillés en cas de plongée sous-marine.

Plusieurs médicaments sont utilisés :

  • DIPHENHYDRATE ou NAUTAMINE
  • DIMENHYDRINATE (DRAMAMINE, NAUSICALM) * MERCALM (même molécule + caféine).
  • La SCOPOLAMINE est un parasympatholytique (SCOPODOREM)

Son administration se fait par voie transcutanée (patch collé derrière l’oreille) dès la veille du départ. Ce type de produit est déconseillé également en cas de plongée sous-marine car des phénomènes de type hallucinatoires ont été décrits. De plus il est contre indiqué en cas de glaucome ou de pathologie prostatique et comme les anti H 1 nécessite l’abstinence à l’alcool.

  • La COCCULINE, médicament homéopathique inoffensif, a ses adeptes de même que l’acupuncture.
  • Enfin, dernière possibilité, la kinésithérapie effectuée par un kinésithérapeute rompu à la rééducation vestibulaire et proprioceptive donne des résultats significatifs.

 

Conclusion :

Ainsi démystifié, le mal de mer s ’ est apprivoisé et sûrement déjà guéri. Alors, hissons les voiles, prenons la barre, et … lançons la saison nautique 2012.

Dr Hubert BOUISSON, ORL, Montpellier
Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier

 

Rajeunir et relooker son clin d ’œil !

« La grâce est dans le mouvement d’un bras ; la loi du monde est dans l’expression d’un regard. » Citation d’Étienne Pivert de Senancour ; Oberman – 1804.

 

Même vu de l ’ extérieur, l ’œil , ce petit organe sensoriel de seulement 2,5 cm de diamètre est le plus important du corps.

La puissance du regard pour exprimer l ’ amour ou la haine, pour élever ou dégrader, à toujours impressionné.

Et puisque nous savons que tous les messages sont transmis par le regard, alors … ne le figeons pas, sachons conserver son naturel, sa jeunesse et sa gaité, ou utilisons des artifices pour estomper les effets du temps.

Déjà les premières civilisations se noircissaient les cils pour rendre leurs mouvements plus apparents, souligner les paupières, pour amplifier et améliorer leur forme. Il en est de même aujourd ’ hui, et nous savons qu ’ un œil vieilli ne peut plus être maquillé correctement. Les fards collent et s ’ agglutinent dans les ridules.

Alors les opticiens, les chirurgiens esthétiques et les médecins esthétiques s ’ en mêlent …

Commençons par le plus simple, habillons notre regard par des lunettes.

Depuis quand avons-nous cet artifice ?

D’ abord uniquement utile, puisque Sénèque déchiffrait les ouvrages en utilisant un « globe d’ eau ». Puis on a dû attendre le 13 ème siècle pour que le philosophe Roger Bacon annonce avoir

trouvé un système de verres convexes qui permettrait aux lettres de devenir plus larges. Puis à la fin du siècle, sont apparues véritablement les lunettes « à nez », avec les premiers fabricants de verre blanc de Venise, en forme de lune, donnant leur nom aux « lunettes ».

De par leur forme, leur fonctionnalité, la période, les noms ont évolué : bésicles à pont, à ruban, lunettes ciseaux, monocles. Chaque époque a eu son matériau : le fer, le bois, la corne, l ’ or, le cuivre, et enfin le plastique qui fait devenir la lunette objet de mode.

Pour les verres, ce n ’ est qu ’ en 1580 que Della Porta sait faire une lentille concave. 250 ans plus tard, le marché explose avec 720 000 pince-nez vendus en 1847, 11 millions en 1882 avec l ’ apparition des branches sur les côtés.

En 1940, commence la mode de la lunette avec le modèle « Aviator », puis c ’ est la griffe affichée sur les montures. La forme des lunettes est partie intégrante de l ’ expression faciale de celui qui les porte. Une épaisse monture confère un air dominateur et masque quelques défauts. Des lunettes rondes donnent l ’ impression d ’ un œil plus ouvert.

Les lunettes de soleil masquent cernes et autres disgrâces tout en devenant un décor indispensable pour chaque tenue vestimentaire. Les lunettes peuvent être la touche finale d ’ une tenue, peuvent créer et révéler une personnalité, peuvent attirer le regard de l ’ autre et noyer des imperfections, mais … si on décide de porter des lentilles de contact, on va devoir prévenir le vieillissement de la zone périorbitaire, et si c ’ est un peu tard, nous allons la rajeunir.

 

1) Les rides de la patte d ’ oie

Ce sont certes les rides du sourire et du charme, mais lorsque celles-ci sont trop cassées, elles deviennent chez tous les rides de la tristesse. Donc limitons la cassure dès qu ’ elle se présente sans figer le mouvement.

2 cas :

  • De fines ridules chez le sujet jeune : une injection de quelques gouttes de botox va suffire pour détendre le muscle sous-jacent et stopper l ’ évolution.
  • Des rides marqués sur le sujet plus âgé : en plus du botox on devra ajouter en nappage de l ’ acide hyaluronique fin pour réhydrater la peau et pour remonter le sillon créé par la cassure.

 

2) L ’ ouverture du regard

Avec le temps la paupière supérieure à tendance à chuter par une perte de la tonicité musculaire et une fragilisation des fibres élastiques qui les constituent.

3 cas :

  • Chez le sujet jeune, une seule injection de botox au niveau de la queue du sourcil agrandit le regard en 15 jours.
  • Chez le sujet plus âgé, l ’ affaissement de la paupière peut être associé à une perte de graisse de la région temporale. Dans ce cas, on reconstitue ce volume en injectant très facilement à l ’ aide d ’ une canule de l ’ acide hyaluronique dans la fosse temporale. Le regard s ’ éclaire et les sourcils remontent de façon très naturelle puisque l ’ on a traité la cause de cet affaissement.
  •  La chirurgie de la paupière supérieure (Dr Bonnefon) : la peau des paupières est si détendue qu ’ elle fait une sorte de casquette qui peut aller jusqu ’ à toucher les cils. On enlève l ’ excédent de peau et de muscle orbiculaire sous anesthésie locale, en ambulatoire. Les ecchymoses sont rares et les points sont à enlever au 4 ème jour. Il n ’ y a pas d ’ éviction sociale.

 

3) Le traitement des cernes

Plusieurs types de cernes sont à étudier :

  • Les cernes ethniques
  • Les cernes pleins qui sont le résultat d ’ une stase lymphatique et d ’ un excès de graisse périorbitaire
  • Les cernes creux provoqués par une atrophie graisseuse
  • Les cernes pigmentaires dues à l ’ excès de mélanine et souvent confondus avec des cernes creux à cause de la chute du rayonnement lumineux dans le creux.

Après un examen méticuleux, on va décider du choix du traitement.

En médecine esthétique, seuls les cernes creux avec un excès cutané modéré pourront être traités. Il suffira d ’ injecter en profondeur, à l ’ aide d ’ une canule, un acide hyaluronique relativement épais qui ne réabsorbe que très peu d ’ eau, pour éviter le phénomène inverse de paupière inférieure gonflée.

Le relâchement cutané est traité par des séances de laser fractionné CO 2 qui va créer des micro- cylindres dans la peau pour la retendre et stimuler non fibroblastes, afin de refabriquer notre collagène et notre acide hyaluronique.

En chirurgie esthétique (Dr Bonnefon), l ’ exérèse de peau et de muscle telle qu ’ elle se pratiquait était une mauvaise opération avec le risque d ’œil rond. Alors comment les corriger ?

  • S ’ il y a des poches, on les enlève par voie transconjonctivale, sans cicatrice cutanée, en éversant la paupière ; on les enlève par l ’ intérieur.
  • S ’ il y a un petit excédent de peau et des ridules, il faut faire un peeling au phénol, qui va lisser la peau. Le résultat dure une bonne dizaine d ’ années, mais il faut prévoir une éviction sociale de 7 jours car les paupières sont rouges et recouvertes de vaseline.
  • Si les paupières inférieures sont beaucoup plus marquées, habituellement le reste de la partie centrale du visage l ’ est aussi. Il faut donc faire un lifting centro facial ou « lifting de la femme jeune sans cicatrice ». Mais … ceci est une intervention aux suites plus longues.

 

En conclusion :

D’ une simple paire de lunettes, à la chirurgie esthétique, en passant par quelques gouttes de botox ou d ’ acide hyaluronique, voici des moyens efficaces pour conserver ou retrouver un regard pétillant.

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier Dr Alain BONNEFON, Chirurgien esthétique, Montpellier Dominique SANCHEZ, Opticienne, Montpellier

Rire aux éclats au printemps

« Un sourire coûte moins cher que l’électricité, mais donne autant de lumière » – L’Abbé Pierre

Au printemps le visage doit irradier et qui mieux qu’un sourire va l’éclairer, et qui mieux qu’une belle dentition l’animer.

La bouche est une des parties du corps les plus expressives, alors maintenons ou réparons le charme de notre sourire.

 

1) Je m’occupe de la dentition

Je supprime les « plombages »

Ne laissons pas de vieilles obturations grises ternir l’éclat de nos dents. D es alternatives sont possibles, des inlays blancs en céramique ou en composite donnent une touche plus naturelle aux couronnes dentaires , éliminant définitivement l’aspect métallique visible en transparence à travers la fine couche d’émail superficielle.

Pourquoi cette modification ?

D’abord une raison médicale : la résistance mécanique des inlays est excellente et permet d’obtenir un joint de meilleure qualité avec une réduction des problèmes de gingivite et de reprise de caries, puisqu’imperméable aux bactéries.

Ensuite une raison esthétique : ils sont presque invisibles.

 

J’éclaircis mes dents

Je détartre les dents régulièrement chez mon dentiste pour éliminer les tâches, sinon, si la coloration est plus profonde, une solution blanchissante (peroxyde d’hydrogène ou de carbamide) est positionnée dans une gouttière souple qui sera appliquée sur l’arcade dentaire pendant 20 à 90 minutes. Un bilan dentaire doit toujours être effectué au préalable.

La couleur doit être bien définie auparavant pour ne pas être en désaccord avec le reste du visage.

 

J’échange les couronnes anciennes en or jaune ou en acier par de belles céramiques lumineuses en Zircone

Ce nouveau biomatériau permet de reconstituer une dent en évitant tout risque de relargage d’ions métalliques dans l’organisme en étant de plus d’une résistance quatre fois supérieure à celle de l’alumine. Le rendu esthétique est des plus naturels puisqu’invisible en tant que prothèse.

 

Si je porte un appareil mobile, j’échange les crochets métalliques contre des crochets à teinte naturelle invisible

Je revois l’alignement de mes dents artificielles et des dents naturelles de façon à ne pas avoir de décrochage disgracieux.

 

2) Je m’occupe d u sourire

Je lisse le « code barre » de la lèvre blanche

2 solutions :

  • Laser fractionné CO 2

Cette technique consiste à créer de multiples petits points d’impact laser à peine visibles et non jointifs en alternance avec des zones saines permettant une cicatrisation rapide, qui, selon le traitement choisi, pourra être de quelques heures à quelques jours.

Ces points laser vont provoquer une reconstitution à moyen terme du collagène et un rajeunissement global et durable de la structure de votre peau.

  • I njection d’acide hyaluronique réservé à cette zone.

Cette technique qui se pratique exclusivement avec une canule, de façon à rendre l’injection indolore et plus efficace, permet d’une part de redonner à la lèvre blanche l’oblique intérieure qu’elle a perdue au fil du temps, et de la raccourcir. Par ce biais la lèvre rouge se repositionne correctement sans que l’on ait parfois besoin d’y retoucher.

Des mains expertes peuvent reconstituer le philtrum : ces petites crêtes qui ont tendance à s’affaisser et qui tombent dans l’oubli … Mais quel charme supplémentaire lorsqu’on les retrouve !

Redensity® (Teoxane®) qui bien que très récent n’a plus à faire ses preuves pour défroisser cette zone, ou encore Restylane® Vital®, sont largement utilisés pour ces traitements.

 

Repulper la lèvre rouge :

Des acides hyaluroniques spéciaux permettent de redonner un volume délicat à la lèvre rouge en la réhydratant. Les micro-cassures disparaissent. Votre médecin choisira celui qui est le plus adapté à votre cas.

Le galbe de la lèvre est retrouvé mais également un grand confort, surtout par temps sec ou froid.
Teosial® Kiss® donne de parfaits résultats pour restructurer et retonifier une lèvre devenue très mince.

Très attendus sur le marché, deux nouveaux produits de la gamme Restylane® qui utilisent la technologie NASCHA pour stabiliser l’acide hyaluronique de manière naturelle :

  • Restylane® Lip® Volume®, homogène et confortable, va permettre le remodelage de la lèvre de manière uniforme et naturelle.
  • Restylane® Lip® Refresh® qui va simplement réhydrater la lèvre sans en modifier le volume. Ses particules de gel très finement micronisées vont s’intégrer au tissu pour capter et rediffuser l’eau selon les besoins et l’hydratation de la peau.

 

On efface les plis d’amertume

S’ils existent, il ne faut pas hésiter à les traiter pour relooker son sourire, sinon l’ensemble n’est pas joli, et des disharmonies se produisent.

Une zone qui se traite simplement avec de l’acide hyaluronique (Perlane®, Juvéderm®, Teosial® Ultradeep® …), avec des techniques d’injection particulières qui doivent veiller à ne pas alourdir le bas du visage, et préserver un sourire naturel et jeune.

 

Conclusion : Un sourire de charme pour la St Valentin !

Ces traitements rapides, indolores grâce aux canules, donnent un résultat optimal environ 15 jours après les injections.

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier Dr Mede, St Tropez

 

Urgence : Je me débarrasse des 3 kg que j’ai pris pendant les fêtes

Par chance, on sait que les kilos pris rapidement se perdent aussi vite si l’on est efficace immédiatement après cette prise de poids :

DONC ON REAGIT VITE

3 plans d’action intenses :

1) Régime de sur élimination d’une semaine :

JOUR 1 :

PETIT DEJEUNER : 1 tranche de jambon, 1 œuf et 8 cuillères à soupe de riz
10h : 1 yaourt
MIDI : Bouillon de légumes et fromage blanc à volonté
16h : 1 yaourt
SOIR : Bouillon de légumes et fromage blanc à volonté

JOUR 2 :

PETIT DEJEUNER

CAFE ou THE ou TISANE

+ 1 Tranche de pain complet frais (avec beurre allégé)
+ 2 aliments au choix :

1 œuf

  • 50 à 60 g de fromage 10%
  • 150 à 200 g de fruits (fraises, framboises, myrtilles, kiwi, melon, pastèque, pomme cuit 1 tomate
  • 100 à 150 g de poulet
  • 1 tranche de jambon cuit Fromage Blanc 0% à 20%

10 HEURES (Même sans faim)

CAFE ou THE ou TISANE
+ 1 aliment du petit déjeuner
ou 1 yaourt nature
ou 1 babybel

MIDI

1 tranche de pain complet par repas

1° Plat :
150 g de crudités
ou 1 potage sans pommes de terre
ou Coquillages ou crustacés

2° Plat :
150 à 200 g de viande maigre (cheval, veau, volaille, gibier, abats)
ou 150 à 200 g de poisson tous les soirs

3° Plat :
150 à 200 g de légumes verts en gratin (sans farine) avec crème fraîche allégée
ou RIZ (1 fois par semaine)
ou PÂTES (1 fois par semaine)
ou Pommes de terre en purée ou vapeur (1 fois par semaine)
ou Lentilles (1 fois par semaine)

4° Plat :
1 aliment du petit déjeuner en dessert ou 1 flan aux œu fs (sucré à l’édulcorant) ou 1 mousse de fruits (sucrée à l’édulcorant)

GOÛTER vers 16h ou 17h
Idem 10 heures

SOIR
Idem midi

JOUR 3 : Idem jour 1

JOUR 4 : Idem jour 2

JOUR 5 : Idem jour 1

JOUR 6 : Idem jour 2

JOUR 7 : Idem jour 1

 

2) Des drainages intenses :

Des draineurs efficaces avec des tisanes que préparera votre pharmacien.

Un exemple de formule magique :

Fucus vésiculosus, arbousier, fenouil, reine des prés,

pilosella, orthosiphon, mélisse, réglisse

C ’est une tisane qui se prépare en décoction : on met une cuillère à soupe de ce mélange pour un bol d ’eau froide, on fait bouillir 30 secondes et on laisse infuser 3 mn. On boit 5 bols par jour dans la journée.

 

3) Des massages drainants et raffermissants :

Un exemple de crèmes magiques :

  • Estelle D pour la femme (Ligne D), anti cellulite, hydratante et circulatoire pour affiner les jambes, Ugo D, anti capiton pour l ’abdomen de l’homme, et Léonie D pour affiner et restructurer les bras.

Dès le 10 ème jour les kilos sont perdus, ajoutons à cela un peu de sport pour maintenir cette

perte de poids, et nous voici prêts à affronter le printemps après avoir gommé l ’ excédent de kilos pris pendant les fêtes de fin d ’ année.

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier

Réparer la peau froissée

C’est l’au tomne, ma peau est déjà triste, mais doit briller de tout son éclat pour les fêtes

Light Filling™ avec (Teosyal ®) Redensity I
Une des nouveautés de la rentrée qui va nous aider

Le bronzage nous a donné une illusion de bonne mine tout l’été, mais en disparaissant il laisse peu à peu place à une peau déshydratée, des tâches pigmentées, les fibres élastiques cassées qui sont des rides en gestation.

Réparons d’abord, illuminons ensuite.

La peau qui a subit les dommages du soleil et du temps est une peau fine, grisâtre, froissée, tâchée, éventuellement couperosée et qui présente des stades différents suivant l’âge.

 

A chaque âge son traitement :

De 20 à 30 ans :

La peau est seulement déshydra tée par le soleil, les embruns ou l’altitude. Il convient tout simplement de la réhydrater, mais en profondeur.

On injecte en nappage un produit de type (Teosyal®) Redensity I, nouveauté pertin ente d’un laboratoire Suisse (Teoxane®) que les médecins esthétiques ont découvert lors des congrès de cette rentrée, pour effectuer les traitements Light Filling ™ .

Il s’agit d’un nouveau concept entre les techniques de comblement et la mésothérapie qui va revelouter la peau, la réhydrater et l’illuminer par une nouvelle réflexion de la lumière. C’est une formulation exclusive à base d’acide hyaluronique, vitamines, acides aminés essentiels et antioxydants qui redensifie le derme et éclaire l’épiderme. Pour rendre les injections indolores, il contient un anesthésiant.

A cet âge- là une séance suffit, que l’on peut potentialiser par un mini peeling ou une séance de lampe flash.

 

De 30 à 40 ans :

La peau peut commencer à se froisser et à se tâcher légèrement. Pour être plus efficace, on peut traiter ces cas par un mesopeel ou un mesolift. 2 à 3 séances espacées d’un mois seront bienvenues.

Le Mesolift :

C’est l’association d’un traitement par lampe flash et de multi injections dans le derme ou l’épiderme.

La lampe flash :

La lumière pulsée va permettre par l’échauffement du derme la stimulation des éléments constitutifs du derme et des fibroblastes (cellules qui fabriquent le collagène dans notre peau), permettant ainsi un remodelage et un rajeunissement de la peau. Cette production du nouveau collagène naturel augmente progressivement au cours des séances. Dès la 3ème séance on note l’atténuation progressive des tâches et des ridules, une souplesse et une meilleure tension de la peau. La lumière absorbe également les pigments et ré uniformise donc le teint.

Les multi injections avec (Teosyal®) Redensity I : On injecte ce mélange d’acide hyaluronique, vitamines, acides aminés et antioxydants, dans le derme, et cette fois-ci c’est la lampe qui va chauffer le derme. La peau se veloute, se réhydrate, se défroisse et le teint se ré uniformise.

Le Mesopeel :

C’est une association de peeling léger et du même nappage avec (Teosyal®) Redensity I , ou d’un mélange nutritif pouvant ne contenir que des vitamines, mais alors moins efficace.

Le produit est facilement nappé puisque la peau a été chauffée au préalable par le peeling. La peau devient plus souple mais raffermie, plus éclatante et fortement réhydratée.

 

De 40 à 50 ans :

Le s ridules ou rides apparaissent. Le mesolift est intéressant pour l’effet tenseur de la lampe flash, ou celui de défroissage du laser fractionné CO 2 . Bien sûr on injecte sur le champ le traitement par (Teosyal®) Redensity I pour velouter la peau, la réhydrater, et estomper les microfissures.

Pour les faire disparaitre, les rides seront comblées avec un acide hyaluronique plus épais comme Teosyal® Ultradeep (Teoxane), Juvéderm® 4 ou Perlane®.

 

Après 50 ans :

Si besoin, on devra uniformiser la couleur de la peau avec une séance de laser fractionné CO 2 , qui participera au défroissage. Eventuellement la couperose sera traitée par un laser ou une lampe flash.

On pourra restructurer le visage avec des acides hyaluroniques plus volumateurs, comme Teosyal® Ultimate , Voluma® ou Emervel Volume®, afin de repositionner ses volumes dans sa globalité antérieure.

Et c’est pour adoucir les structures osseuses et ce nouveau volume du visage, que (Teosyal®) Redensity I a été formulé. Il peut être injecté en nappage et parfois avec une canule pour harmoniser et velouter le traitement précédent.

Cette même technique peut être appliquée sur le visage, mais aussi sur le cou, le décolleté, les mains et les bras.

Pour maintenir les résultats ou prévenir d’autres marques du temps, il conviendra d’utiliser des crèmes comme Victoire D® en crème de jour ou de nuit pour le visage, Elena D® pour le cou et le décolleté, Paloma D® pour les mains et Leonie D® pour les bras.

On pourra également appliquer un masque avec un produit comme Victoire After D® afin de réhydrater, velouter et lifter la peau.

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier

Cet hiver, c’ est décidé, Je me débarrasse de mes poils !

Dans toutes les cultures, la pilosité qui débute à la puberté est le synonyme de virilité chez l ’ homme, alors que la peau douce et lisse chez la femme est synonyme de féminité. Mais cette douceur de la peau est le plus souvent obtenue grâce à l ’ épilation.

De nos jours, les femmes de toutes civilisations souhaitent cette peau lissée.

Grâce aux différents types de lasers, nous arrivons aujourd ’ hui à ce résultat après quelques mois de traitement.

Le poil est une production filiforme de l ’ épiderme, recouvrant partiellement la peau de l ’ homme. Il se forme au sein d ’ un follicule pileux qui est une invagination de l ’ épiderme, elle- même en contact avec la matrice pilaire constituée de kératinocytes et de mélanocytes.

La pigmentation du poil (jusqu ’ à un certain âge) vient de la transmission par les mélanocytes aux kératinocytes d ’ un pigment : la mélanine. C ’ est grâce à ce pigment que nous allons pouvoir éradiquer le poil.

 

Les méthodes

Plusieurs traitements sont possibles, en fonction de la couleur du poil et de la couleur de votre peau.

1) Pour un poil foncé ou marron et une peau blanche, deux solutions sont possibles :

  • L ’ épilation avec les lampes flash

Elle est basée sur l’absorption d’un rayonnement lumineux qui est transformé en chaleur par la peau, par les cellules cibles sous le terme de chromophores. On parle donc ici de photo thermolyse sélective car elle permet de ne pas endommager les tissus environnants.

Celle-ci est dirigée vers les bulbes pileux et le tissu collagène. Le poil est tué par la destruction de son pigment.

Les séances sont quasi indolores et sans éviction sociale.

  • L ’ épilation avec le laser Alexandrite

Réglé sur la longueur d ’ onde choisie par le médecin, le laser produit un faisceau lumineux en l ’ absorbant, les poils chauffent jusqu ’ à 60°, et se détruisent jusqu ’ à la racine.

Affaiblie, la racine aura beaucoup de mal à fabriquer un nouveau poil.

 

2) Pour les peaux mates à très mates, il est indispensable d ’ utiliser un laser YAG :

Sa longueur d ’ onde permet une faible absorbance par la mélanine, d ’ où son intérêt sur les peaux mates pour les traitements épilatoires.

Ce laser permet donc d ’ effectuer une épilation en toute sécurité sur ce type de peau, y compris sur les folliculites de la barbe.

 

3) Pour les poils clairs et fins :

Il est intéressant de mixer toutes ces méthodes si l ’ on veut un résultat radical.

 

4) Pour les poils blancs :

Il faut avoir recours à l ’ épilation électrique : un appareil électrique de haute fréquence est relié à une pièce à main sur laquelle est placée une aiguille que l ’ on fait glisser dans le follicule pilosébacée jusqu ’ au bulbe, pour qu ’ il transmette le courant électrique destructeur.

 

En pratique

Lorsque vous décidez d ’ éradiquer vos poils, il faudra pratiquer de la façon suivante :

D ’ abord les raser le plus longtemps possible avant le début des séances, afin d ’ avoir le maximum de pousse possible, et de ce fait, diminuer le nombre de séances. Le jour du rendez-vous, une longueur de 3 mm est préférable.

Il faudra compter 3 séances espacées d ’ un mois dans un premier temps, puis sûrement 5 séances dans les 2 ans qui suivent. Celles-ci s ’ espaçant au fur et à mesure.

Les séances sont indolores ou très peu douloureuses.

Les tarifs varient selon les zones et les appareils utilisés, qui vous donneront des résultats d ’ autant meilleurs qu ’ ils sont de haute qualité et adaptés à votre profil.

Dr Geneviève DOUX, Médecin esthétique, Montpellier